Harry Potter World Index du Forum
Harry Potter World
Là où l'imagination fait la magie...
 
Harry Potter World Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Je n'en ai pas fini avec toi! ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Harry Potter World Index du Forum -> Fan-Fictions -> Fan-Fictions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Drago Malefoy
Serpendtard
Serpendtard

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2011
Messages: 11
Localisation: Salle Commune de Serpentard
Camp: Mangemort
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 18:49 (2011)    Sujet du message: Je n'en ai pas fini avec toi! Répondre en citant

Je n’en ai pas fini avec toi ! 
Préparez vous à suivre… 
Une amitié des plus étranges… 
-Sirius, espèce de gros con ! 
-Moi aussi je t’aime Evy. 
-On fait un câlin bisounours ? 
Des plans ligués contre les leurs… 
-Tu verras on y arrivera. 
-T’as qu’à tous les tuer ! Guillotine-les ! 
-Si seulement c’était aussi simple… 
Des soirées inoubliables… 
-Oooh, regarde ! Une libellule ! 
-Diiiiis, tu ne trouve pas qu’on est super-méga-trop…Oups ! 
-Oups ? Ouaiiis, trop oups ! 
 
 
Deux êtres inséparables… 
-Toi et moi ! Toujours ! 
-Tu t’rappelles quand on était gosses ?  
-Unis pour la vie, pas vrai ? 
Qui s’allient devant le mal… 
-Attention ! Pousses-toi ! 
ENDOLORIS 
-NON ! Salaud ! Laisse-la ! 
 
 
Préparez-vous à affronter… 
Des rebellions violentes… 
-Encore un pas et je te déshérite. 
-Ca fait des années que j’attends ça. BOUGEZ ! 
-Encore un pas et…STUPÉFIX ! 
Des punitions sanglantes… 
-Je t’avais prévenu ! 
-Punaise, je me vide de mon sang là. Tu m’engueuleras une autre fois. 
-Dites-moi qu’elle va s’en sortir. S’il vous plait… 
Des regrets douloureux… 
-Regarde où ça nous mènes… 
-J’aurais du le tuer ce soir là ! 
-C’était ça ou mourir. 
 
 
Les erreurs et souffrances passées… 
-T’es a Griffondor oui ou merde ? 
-Avada _ 
-Je t’avais dit de faire ATTENTION ! 
Pourront-elles les séparer ? 
-Je t’_ 
-Non ! S’il te plait, ne le dis pas ! 
-Depuis quand je ne peux te haïr ? 
 
 
Un Passé à oublier, Un Présent à Vivre, Un Futur à Construire.  
-Ensemble et à jamais ! 
 
Venez découvrir… 
Je n’en ai pas fini avec toi ! 
-Le Secret…Dis-le moi ! 
-Ça ne sert à rien. 
-Dis-le ! 
-Je… 
 
 
oOo0oOo  
A/N: Holà les gens! Comment allez-vous ? Y fait beau chez vous ? Parce que chez moi, c’est morne et pluvieux. M’enfin. 
Comme vous avez pu le constater, j’arrive avec une nouvelle fiction alors que j’en ai tellement d’autre en cours d’écriture. Du coup, soit vous allez me détester parce que ca va prendre trois mois entre chaque chapitre (J’exagère hein, faites pas cette tête) soit vous allez être enthousiasmés par le fait que du coup, vous aurez les trois les uns après les autres, ou encore mieux, tous ensemble ! Lol  
Enfin, tout ça pour dire, que j’en avais assez d’écrire sur la seconde génération (encore une fois, faites pas cette tête, je continue les autres quand même ! lol) et que j’ai décidé de m’essayer à la première, en faisant un Sirius Black/OC. 
J’espère que le prologue vous aura plus, et que vous aurez envi de lire le premier chapitre, qui est d’or et déjà écrit.  
Ps : L’idée de faire le prologue sous forme de « Bande-annonce » a été emprunté à Jess, un auteur que j’adore, que vous pouvez retrouver sur ff.net sous le pseudo de  cmwamisskika. Je lui ai demandé l’autorisation mais elle n’a pas encore répondu. Si la réponse est négative, je tacherais de faire un autre prologue.  
Bizz’. 

 

_________________
C:\Users\ELISSA\Pictures\entre-haine-et-am___go-copie-25fc504.jpg


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Fév - 18:49 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Drago Malefoy
Serpendtard
Serpendtard

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2011
Messages: 11
Localisation: Salle Commune de Serpentard
Camp: Mangemort
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun 7 Fév - 16:58 (2011)    Sujet du message: Je n'en ai pas fini avec toi! Répondre en citant

Chapitre 1 : Tu sais que tu fais pitié ? 
 
-EVELYN. S’exclama une voix grave et trainante.

Evelyn Wanders, 16 ans, les cheveux longs, bruns et ondulés, les yeux bleus pétillants ? C’est bien moi. Et celui entrain de crier mon nom, c’est mon frère, Théodore Wanders.

-EVELYN WANDERS. ICI. IMMEDIATEMENT.

Et la jolie voix très calme que vous avez pu distinguer n’est autre que celle de mon ADORABLE mère. Soigneusement, je pris ma valise, ma cage et entrepris de descendre dans le salon.

Assise sur le canapé, droite comme un i, elle me toisait du regard.

-Si nous arrivons en retard ma fille, sache que…

-Que tu seras énormément déçue, que tu regretteras de m’avoir mise au monde, que les sang-purs souffriront de mon immanquable irrespect et déloyauté envers les règles de la grande noblesse et que tu vas vraiment finir par me déshonorer. Terminai-je en souriant ironiquement.

Elle serra la main autour de sa baguette. Puis elle se leva, et d’un geste brusque, attrapa mon frère par la main. En un instant elle avait disparu, mon frère également. Je soufflai bruyamment. Puis, avec un sursaut, je sentis une main sur mon épaule. Je me retournai et vis mon père. J’esquissai un sourire.

La famille Wenders faisait partie des plus grandes familles de sang-purs, était composée de génération et génération de Serpentards, et appréciait à sa juste valeur les idées du soi-disant Lord. C’était également une très riche famille, qui ne pouvait vivre ailleurs que dans un IMMENSE manoir. Mon père, fils unique, avait du épouser la très ravissante Lucinda Sorwell, sang-pur, pour rehausser les finances piteuses de leur famille. Et même si des enfants avaient résulté de ce mariage arrangé, l’amour ne battait pas son fort.
Lorsque j’étais arrivée, leur déception fut immense. Ils voulaient un fils, quelqu’un qui assurerait leur lignée. Pas quelqu’un qui les ruinerais en dot. Et puis, un an plus tard, mon frère naquit. Ô joie ! Ô bonheur ! Une descendance ! Et l’on oublia Evelyn Wanders. Enfin, pas totalement. Ma mère prenait un plaisir fou à me détester et je le lui rendais fièrement. Mon père n’était quasiment jamais avec nous durant les vacances et mon frère passait ses journées chez les Black, ou bien m’ignorait superbement.
A Poudlard, il me respectait. A vrai dire, tout le monde me respectait. Quiconque avait eut affaire à Evelyn Wanders la respectait. Les Maraudeurs y compris.

XXX 
 
-EVELYYYYYYYYYYYYYN !

Assourdie, je me bouchais les oreilles, dévisageant la folle qui courait vers moi. Oh Merlin !

-DÉBORAAAAAAAAAAH !

Oui, oui, je sais, ça fait pas très Serpentard froid et hautain ça. Mais comment ne pas fondre devant mon adorable Déborah?

Ses petits yeux de mornes et inexpressifs, son visage fin et ténébreux, ses joues d’une pâleur innommable, ses cheveux longs et noirs, ses vêtements oscillant entre le gris et le noir. Mais, sous ses airs de gothique se cache une vrai émo catégorie C qui peut se transformer en une énorme sadique lors des grandes dépressions. Et ça, je vous jure que ça ME fait peur. Les raisons de ses déprimes ?

Sa Famille. Son Sang. Ses Amours.

J’exploiterais en détail ces trois points plus tard. Pour le moment, j’avais entendu le rire de ma Lina s’étrangler et avais sentis une présence derrière moi. Je me raidi lorsqu’une voix doucereuse et trainante s’éleva dans mon dos. Théophile Nott. Mon promis. Merlin, tuez-moi. Par la Douce Morgane, je ne me plaindrai pas.

-Ma très chère amie, ou devrais-je dire, future femme. Etant donné les faits, je crois que nous devrions nous rapprocher plus intimement, qu’en penses-tu ?

Je me dégageai et lui lançai un regard glacial qui pouvait rivaliser avec celui de Malefoy.

-Tu me touches et tu crèves Nott. J’ai encore 2 ans de liberté. Alors vas te faire foutre, toi et ton haleine putride que tu oses déverser sur moi.

Nott blanchit. S’attirer mes foudres, personne ne le souhaitait. Je me désintéressais de lui et grimpai dans le train, suivie de Déborah. Je cherchai impatiemment un compartiment lorsqu’une porte s’ouvrit brusquement, et que James en sortit, droit et digne.

-Evelyn Elisa Apolline Wardens, accompagnée de Déborah Sharia Lorenza veuillez nous accorder votre humble et digne présence dans ce modeste, et je l’espère, convenable compartiment que nous, James Potter, Sirius Black, Remus Lupin ainsi que Peter Pettigrow, avons l’amabilité d’en offrir l’hospitalité.

J’éclatai de rire, et ne pus m’empêcher de lancer :

-C’est Remus qui t’as aidé à écrire ca, pas vrai ?

Alors qu’il bafouillait un truc pour sauver son orgueil, je l’embrassai sur la joue, et entrai dans le compartiment.

XXX 
 
Bon, là, si mon intuition est exacte, ce qui est généralement le cas, vous êtes certainement de vous demander ce que je fous dans le compartiment des Maraudeurs, Griffondors de surcroit, ou au choix, si je suis bien une Serpentard tel que je le prétends.
Laissez-moi vous expliquer.

Je fais partie d’une famille de Sang-Pur, qui respecte les traditions depuis des centenaires. Malheureusement pour certains, réussir à garder une lignée pure a 100% sur toutes les générations possibles, c’est assez difficile.

Evidemment, ma famille fait partie de la 1ere catégorie. Donc, vu les impuretés dans les familles, le choix de mariage se limite rapidement à quelques familles. Dont les Black font partis. Par alliance et plus, nos deux familles sont liées. Je suis donc une cousine à Sirius. Du fait des nombreux diners de mondanités sang-puriennes tout les weekends, nous nous étions rapprochés, rapidement liés par une haine et révolte commune. Notre Sang. 

Malheureusement, Sirius avait trouvé le courage de se rebeller et avait fini à Griffondor. Moi non. Je m’étais retrouvée  à Serpentard, en compagnie de ses Sang-Purs, avec comme unique amie, mon adorable Déborah.

Quand le Choixpeau avait déclaré son choix, je m’étais décomposée. Des applaudissements bruyants avaient explosés.

Cependant, moi, tout ce qui m’importait, c’était le regard de Sirius. Celui grâce à qui j’avais réussi à supporter ces 11 douloureuses années où Solitude était ma meilleure amie. Celui qui réussissait à affaiblir mes peurs, à détruire mes chagrins, et à réanimer la braise de joie dans mon cœur. Mon premier ami. Mon unique ami. J’avais besoin de lui.

Lorsque j’avais croisé son regard, je m’étais sentie sombrer. Non ! Par pitié ! Je m’en fous de Serpentard ! Je m’en fous de ma famille ! Je m’en fous de tout ! Mais pas de toi. Souris-moi ! Fais-moi signe !

Je n’avais pus m’empêcher de lâcher un « Non ! S’il vous plait ! ». Les ovations s’étaient brusquement tuent. Les professeurs avaient froncés les sourcils. Les Serpentards m’avaient dévisagé froidement. Sirius m’avait fixé longuement. Puis, il avait détourné le regard.

Vide, je m’étais dirigée vers la table des Serpentards, et m’étais laissée tomber sur le banc. Une fille au visage inexpressif s’était présentée. Avant de quitter la Grande Salle, j’avais entendu quelqu’un m’appeler. Je m’étais retournée, un sourcil haussé.

-WANDERS ! Je n’en ai pas fini avec toi !

Ses yeux brillaient de cette flamme qu’il avait toujours eue lorsqu’il m’expliquait les divers plans démoniaques pour échapper à notre destinée. J’avais sentis mon cœur exploser de bonheur.

-Va te faire foutre Black, et rejoins tes Griffons.

Je n’en ai pas fini avec toi…

Et c’est ainsi que débuta la présumée haine Black/Wanders. Si seulement ils savaient…

XXX 
 
-Wanders, ce n’est pas que je te cause, mais tu pourrais faire l’immense effort de refaire surface ?
Je souris narquoisement.

-Je pensais à toi mon loup. Ça peut m’excuser ?

Il eut un sourire arrogant.

-Tu pensais à moi, hein ! Développe.

-Et bah, tu vois, t’étais entrain de te faire déchiqueter la tête par une de tes groupies. Et puis ensuite, y’a un troll….

En voyant leurs visages se décomposer j’éclatai de rire.

-Evy, tu sais que tu fais pitié. Rassure-moi, tu le sais au moins.

oOo0oOo 

_________________
C:\Users\ELISSA\Pictures\entre-haine-et-am___go-copie-25fc504.jpg


Revenir en haut
Drago Malefoy
Serpendtard
Serpendtard

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2011
Messages: 11
Localisation: Salle Commune de Serpentard
Camp: Mangemort
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mar 8 Fév - 20:18 (2011)    Sujet du message: Je n'en ai pas fini avec toi! Répondre en citant

Chapitre 2: Je hais les Lundis Matins 
-Evelyn!

-Humph.

-Evelyn! Debout!

-Hmmmhmmm.

-EVELYN! Lève-toi maintenant!

-ARRETE DE PARLER FRANÇAIS.

-Volontiers.

-Déborah, tu veux vraiment mourir le premier jour ?

Elle éclata de rire et se détourna. J'essayai de me rendormir, en vain. Fichue Déborah. En grognant et en évitant son sourire triomphal, je me dirigeai vers la salle de bain.

Je n'aime pas le matin.

XXX

Quinze minutes plus tard, j'étais dans la Grande Salle, petit-déjeunant avec appétit. Le professeur Slughorn passait d'élève en élève pour distribuer les emplois du temps. Bientôt ce fut mon tour.

-Ma chère Wanders. Je suppose que vous avez déjà envisagé votre avenir ?

-Effectivement. Je compte être danseuse professionnelle dans les ballets vampiriques.

Il eut un moment une moue hésitante, puis il éclata d'un rire amusé.

-Plus sérieusement je vous prie.

-A vrai dire j'hésite encore. Et…

-Oui ?

-Je …j'aimerais bien être médicomage. Ou bien, créer des…parfums.

-Des parfums ?

-Euh…oui. Voyez-vous, j'adore les potions, et emmêlez les saveurs pour trouver l'odeur parfaite qui correspondrait à chacun. Aussi, j'aime décrypter le plus profond des gens. Un parfum peut correspondre à l'âme de ce dernier. Enfin…vous voyez.

J'eus une moue. Je m'étais encore laissé emporter. Slughorn me sourit, les yeux embués.

-L'art des potions revisités. Vus vos résultats, c'est tout à fait envisageable. Donc ca vous fera potions, évidemment, les sortilèges et la métamorphose sont également pratiques. De plus, je crois savoir que vous aimez la Défense contre les forces du mal, l'arithmancie et l'étude des runes ?

J'hochais simplement la tête. Il tapota du bout de sa baguette le tableau vide qui se remplit.

-Wanders, je vous ai aussi ajouté les Potions Avancées optionnellement. Vous participerez à ce cours quand vous le souhaiterez.

Je souris et regardai le planning de l'année qu'il me tendait.

Lundi : Double Potion – Double Métamorphose – Libre- Repas- Arithmancie- Libre- Double Sortilèges- Libre-Diner.

Mardi : Libre- Double D.C.F.M- Double Sortilèges- Repas- Libre- Double Arithmancie- Potions A.- Potions- Diner.

Mercredi : Libre-Libre-Double Métamorphose- D.C.F.M- Repas- Potions A. – Sortilèges- Libre- Arithmancie- Libre- Diner.

Jeudi : Double Etudes des Runes- Double D.C.F.M- Potions A. – Repas- Potions A. – Arithmancie- Métamorphose- Libre- Potions- Diner.

Vendredi : Libre jusqu'au Repas- Double Potions- Double Etude des Runes- Métamorphose- Diner.

Ouah, ils veulent me tuer ou quoi ! Si ca c'est un emploi du temps de 6eme année, je ne suis pas pressée de passer mes A.S.P. moi.
Avec un grognement, je me tournai vers Déborah qui était en grande discussion avec Slughorn.

-Monsieur, je vous promets de travailler !

-Mais enfin, Mlle Lorenza ! Aurors ! Vous n'avez pas le potentiel…

Elle prit un air courroucé.

-Vous savez très bien que je l'ai, ce potentiel. Je ne travaille simplement pas.

Voila un des sujets de dépressions de ma chère Deborah, que je crois d'ailleurs avoir oublié de citer. Les Cours. Deborah est SUPER intelligente, du style Einstein, et des fois je me demande pourquoi elle n'est pas a Serdaigle. Et la, je me reprends tout de suite. À Serdaigle, ils ne sont pas seulement intelligents. Ils VIVENT pour BOSSER. Pour eux, tout a une raison scientifique, intellectuelle, que l'on peut simplement trouver dans les bouquins. Sérieusement, ca me fout les jetons des gens pareils. Quoiqu'il en soit, Deborah est trèèèès loin de ce type de personne. D'accord, elle a un QI du style de 200 mais pour ce qui est de l'exploiter, je lui décerne la palme du Zéro Effort. Devoir réfléchir par obligation, elle a horreur de ça. Madame réfléchit quand Madame veut. Madame travaille quand Madame veut. Du coup, comme Madame ne le veut jamais, les notes de Madame sont catastrophiques, et l'avenir de Madame s'en retrouve contraint. Et puis, vu qu'elle est une émo de catégorie C, ca part tout de suite en crise, généralement du style : « Je suis nulle. Je ne sers à rien. Ma vie est pourrie. Le monde est pourri. Je ne mérite que la mort, et encore, ma présence pourrait entacher sa beauté. »

Un hurlement frustré m'interrompit brusquement.

-Espèce de vieux con ! Je suis plus intelligente que tout les Serpentards réunis et vous osez insinuez que mon potentiel est nul ? Put***, mais vous êtes myope ? Vous n'avez jamais remarqués mes travaux P-A-R-F-A-I-T-S lorsque je me donnais la peine de travailler ? Et la, vous voyez, je VAIS bosser. Parce que figurez-vous, que même si ma vie est POURRIE, je vais la VIVRE. Donc vous remplissez ce put*** d'emploi du temps avec les matières requises pour l'entrainement d'horreur et vous dégagez.

Polie et Modeste, Deborah tout craché.

Je réprimai un sou rire. Le prof était complètement dingue de la faire péter. Après, suit une crise de déprime généralement sadique qui arrivait à me faire flipper, MOI. Pourquoi une déprime ? Parce qu'après Madame se demande si sa vie vaut d'être vécue. Si, nulle comme elle est, elle doit continuer à espérer…Tout le baratin habituel.

-Mademoiselle Lorenza ! Je ne vous permets pas de me parler sur ce ton ! 20 points en moins pour Serpentard, et vous serez en retenue toute la semaine. De 20 a 22 heures, dans le cachot de potion. Maintenant, prenez votre emploi du temps, et filez en cours. Lâcha Slughorn froidement.

-Et si je ne veux pas ?

Estomaqué, il la dévisagea longuement. Déborah commença à claquer la langue, montrant son impatience. Il hocha la tête et soupira longuement.

-Vous me promettez de travailler ?

Déborah opina d'un mouvement de tête. Il soupira encore.

-Ne me le faites pas regretter.

En disant ces mots, il tendit l'emploi du temps. Déborah eut un sourire victorieux. Ca fait deux en une matinée. Elle m'en ressort encore un et…

XXX

Potions avec les Griffondors. Va falloir me contrôler. J'adore mon cousin et ses amis, n'en doutez pas, mais vous savez bien qu'en public, une haine farouche nous oppose. Et vu que leur degrés de connerie fait augmenter mon coté sadique, je vous laisse imaginer le résultat.

Lorsque j'arrivais dans le cachot, je vis une poufiasse de Serpentard et sa clique agglutinée à MON jouet. Je sentis une légère colère m'emparer.

Oui, oui, Deborah et moi, nous avons des jouets. Nous changeons tout les mois, au pire tout les quinze jours s'il nous ennuie. Ce mois-ci, j'avais choisi un Griffondor plutôt mignon, quoique typique. D'après des sources qui souhaitent rester confidentiel, Justin ne se fait pas avoir facilement, et a un coté piquant. Parfait pour débuter l'année.

Je m'approchai de la poufiasse, un grand sourire sur mon visage.

-Dégage.

Elle me lança un regard, hésitante, mais elle se reprit bien vite, et une moue arrogante prit place sur son visage.

-Non.

-Je crois que t'as pas compris. Je t'ai dis de dégager.

-Non.

Sa voix semblait légèrement moins assurée. J'éclatai de rire.

-Ecoute Stella…

-Smilla.

-Peu m'importe. Juste écoute. T'es de ma maison. Et généralement, je suis assez sympa avec vous. Mais la, tu te fous vraiment de moi. Et ça commence à m'énerver. Alors dégages de là.

-Je m'en fous Wanders. Je veux ce mec, alors je l'aurais.

-Ma très chère Smilla_

Je m'interrompis, surprise, lorsqu'un tonneau d'eau froide se déversa sur la jeune fille. Elle hurla de sa voix aigue qui vous brise les tympans. Slughorn arriva à ce moment là. Il se tourna vers moi, une moue ennuyée aux lèvres. Je pris un air courroucé sans le vouloir. Pourquoi toujours MOI ? D'accord, c'est souvent moi, mais ce n'est pas tout le temps moi. Y'a les maraudeurs aussi !...Bouse De Dragon ! Black ! Avec un regard à vous glacer le sang, je me tournai vers lui. James et Sirius retenait un fou rire, Remus semblait ennuyé et Peter…perdu.

-Wanders…Pouvez-vous s'il vous plait me dire pourquoi vous avez fait ça ?

-Soupconner à tort les élèves n'est pas super, vous ne pensez pas ?

Il soupira.

-Je n'ai pas le temps aujourd'hui Mlle Wanders. Vous serez en retenue toute la semaine, de 20 à 22 heures. .

-Mais !

-Taisez-vous maintenant, et entrez en classe.

Je lançai un regard noir à Sirius et du bout des lèvres murmurai « T'es mort ». Même pas une heure d'écoulée et déjà une retenue.

Je hais les Lundis Matins.

XXX

Voici donc, le second chapitre de cette fiction. J'espère qu'il vous aura plu !

Bizz' a tous.

_________________
C:\Users\ELISSA\Pictures\entre-haine-et-am___go-copie-25fc504.jpg


Revenir en haut
Drago Malefoy
Serpendtard
Serpendtard

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2011
Messages: 11
Localisation: Salle Commune de Serpentard
Camp: Mangemort
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu 24 Fév - 21:08 (2011)    Sujet du message: Je n'en ai pas fini avec toi! Répondre en citant

Vengeance, que j'aime ce mot ! Partie I

Très chères amies,
Via cette lettre, nous avons le plaisir de vous inviter à fêter le dix-septième anniversaire de notre cher James. Comme vous le savez, une soirée est organisée le Vendredi de cette semaine, dans la salle-sur-demande, à partir de 21h00. Évidemment, étant de Serpentard, vous n'êtes absolument pas la bienvenue, sauf si, par un grand hasard, votre jouet gryffondorien vous invite.
Mes sentiments distingués,
Lunard.

En gros, ce que veut vous dire Lunard, c'est que si vous souhaitez venir, vous devez vous faire inviter par votre chéri. Sinon, on s'arrange un truc Samedi à Londres.
Tons of Love,
Patmol.

-Nan mais ils se foutent de nous là ? Comme si on allait aller à une fête de GRYFFONDOR. J'ai un honneur quand même.

-Pff Déborah, t'as rien pigé ou quoi ?

-Bah, je ne vois pas trop ce qu'y'a à piger, à part le fait que t'es complètement tarée.

-Nan mais, tu te rappelles du premier cours de Potions ?

Elle hocha la tête.

-Et du tonneau d'eau ?

Nouveau hochement de tête.

-C'était Sirius.

Mâchoire qui se décroche.

- Il n'a pas fait ça ?

J'hochai la tête, simulant une grande tristesse.

-Donc, t'as toujours pas compris ?

-Bah, à part foirer la fête à Potter, je ne vois pas…

Je levai les yeux au ciel, consternée.

-Ah ! Aaah ! Ouah, super idée !


XXX


Vendredi, 21h00.

-Ready?

-Oooh, yeah!

Déborah secoua la tête, rieuse. Pour l'occasion, elle avait troqué ses longues robes noires soyeuses pour un pantalon slim noir, un top rouge sans manche et des bottes noirs, qui donnaient un ensemble plutôt aguicheur. Quand à moi, j'avais opté pour le sexy en portant une courte robe verte moulante, légèrement échancrée, plutôt décolletée ainsi que des talons accordés a la robe. Si ainsi je ne plaisais pas à Edwin…–oui, je m'étais débarrassée de Justin, qui était beaucoup trop guimauve pour moi-

Dites, je suis entrain de me dire que nos jouets, vous devez les prendre pour des jouets…sexuels. Otez-vous vite cette idée de la tête ! Je ne suis pas tarée à ce point, merci. D'abord, ce n'est pas toujours des hommes, même s'ils ont plus de répondant que certaines filles. Ensuite, on s'en sert pour passer le temps. Quand on s'ennuie, on les cherche, on les fait chier, on se marre, on se casse. Ils ne servent qu'à ça. Après, il arrive qu'on se prenne d'affection pour certains, comme mon cher Edwin. Il vient de France, de Bretagne précisément, et il est très sympa, têtu et peut-être horriblement méchant. Mais il est surtout courageux pour avoir osé inviter une Serpentard à une soirée. Bon comme tout le monde le sait, je n'aime pas être à Serpentard, -le fameux « Non ! S'il vous plait ! » était resté en mémoire- donc ça joue un peu.

Quoi qu'il en soit, c'est avec un sourire que je le rejoignis à la porte du cachot. Il portait un jean noir et une chemise blanche, et ses cheveux étaient ébouriffés dans tout les sens. Ah oui, je n'avais pas précisé canon ?

Il me prit la main, souriant, et la baisa délicatement. J'éclatai de rire. Parfait, moi je vous dis.


XXX


Lorsqu'on entra dans la salle-sur-demande, notre premier réflexe fut de boucher nos oreilles. Ils veulent nous assourdir ou quoi ? Avec un air de rock moldu en plus. Je vis mon Edwin lever sa baguette, et dire quelque chose en pointant mes oreilles. J'haussai un sourcil, peu rassurée. Il rit, et me dit que je pouvais enlever mes oreilles des mains. Suspicieuse, je fis ainsi et soupirai en remarquant que, effectivement, le son paraissait moins élevé et que je pouvais écouter.

-Un sort très pratique quand on va en boite.

Il murmurait, et pourtant, malgré le vacarme assourdissant, je l'entendais parfaitement. J'eus un sifflement ravi.

-Génial.

-Au fait…

-Oui ?

-Ce n'est pas vraiment une soirée ordinaire…

J'haussai les sourcils, faisant croire que je ne savais rien.

-Hum…Tu vois, c'est l'anniv de...

-De ?

-C'estl'anniversairedeJames, dit-il rapidement.

Ouah, il doit vraiment craindre ma réaction le beau gosse. Oui, il m'avait invité en disant que ce n'était qu'une soirée normale, un truc où il y aurait de toutes les maisons, pas seulement des Griffondors. Évidemment, je ne suis censée être au courant de rien, alors j'avais accepté, disant que ca faisait longtemps que je n'avais pas eu de soirée. Ce qui est totalement vrai au passage.

Enfin, étant donné que « j'abhorre » (NDA : Ça ressemble un peu à « adore » xD) les Maraudeurs plus que tout, il est vrai que ma réaction reste à craindre. Et vu que notre plan est de foirer l'anniv de James, -enfin, pas totalement hein, c'est quand même ses dix-sept ans, l'année la plus importante!- quoi de mieux que de commencer par un gros coup de gueule ?

-Attends. J'ai bien entendu là. T'as bien dis « Anniversaire » et « James » dans la même phrase ?

Il hocha nerveusement la tête.

-Désolé de ne pas te l'avoir dit Ev…Evelyn, mais…mais je voulais vraiment que tu viennes avec moi.

Trop mignon ! Pff…Calme-toi Evelyn, c'est qu'un jouet. Ça ne sert à rien de t'emballer comme ça. C'est lamentable.

-L'anniversaire de POTTER ?

-Je…oui…mais…enfin…tu vois.

-Non, je ne vois pas du tout. T'es plus clair ou j'te plante là, en te foutant la honte internationale du « date » le plus court au monde.

Il rougit, pâlit, puis rougit de nouveau.

-Écoute, tu verras, on pourrait s'amuser…Puis…T'as qu'à ignorer James, lança-t-il avec une once d'espoir.

Je secouai la tête consternée. Intérieurement, je remarquai que les gens s'étaient arrêtés de danser, et qu'ils nous regardaient, curieux.

-J't'aime bien Edwin. Mais là, c'est un coup bas que tu m'as fait. Tu ne t'en tireras pas comme ça.

Tout le monde dans la pièce frémit. Edwin sourit narquoisement, retrouvant son soi courageux.

-Je t'ai déjà prouvé que je n'ai pas peur de toi.

Je retins un immense sourire. En fait, non. Je souris joyeusement.

-J'te préfère comme ça, chouchou. Bon, tu me l'offres, ce whisky-pur-feu ?

Il sourit, et me prit par la main, pour me diriger vers le bar.


XXX


Trois bouteilles de Whisky-Pur-Feu plus tard, en compagnie de Déb, son jouet Valentin, Edwin et les Maraudeurs.

-Taiiin, on déchire grave !

-Pff…Val' tu fais trop pitié à faire genre rebelle !

-J'fais pas genre rebelle, je…OOH ! Regardez ! Une libellule !

-Une 'ibellule ? Ou ca ?

-Bah la, sur le mur !

-Bah, t'es con ou quoi ? Y'a rien.

-Bah, si je jure.

-Bah ouais, il a raison.

-Pff, z'êtes nuls. Puisque je vous dis que y'a rien. A PART, un gros chaton vert tout mignon !

- Ça n'existe pas les chats verts d'abord !

A quelques pas de là, je contemplai avec Sirius le triste spectacle qui s'offrait a nous. Je repris une gorgée de Whisky. Puis tout bas, je chuchotai :

-Ce qui est bien avec l'alcool, c'est que tu peux faire semblant d'être bourré au point d'avoir tout oublié.

Il sourit :

-Oublier les ennuis. Oublier la famille. Oublier le sang. Oublier la haine.

-Rien qu'un instant

Je soupirai, puis répétai :

-Rien qu'un instant.

Un silence plana, et élut domicile au dessus de nos têtes jusqu'à ce que Sirius s'exclame brusquement :

-Que faites-vous ici ?

-J'ai été invité par Edwin. Il m'avait caché le fait que ce soit l'anniv de Potter.

-Assurdiato ! Réponds vraiment maintenant.

-C'est le dix-septième anniversaire de James.

-Tu sais aussi bien que moi que c'est demain et que pour l'occasion on va à Londres. Alors s'il te plait, peux-tu m'expliquer pourquoi tu risques de te faire trucider et par ta famille, et par les Serpentards, juste pour assister a la fête de Potter.

-J'aime bien Edwin. Il a tellement insisté que j'ai accepté, insistai-je.

-Wanders ! Tu ne peux pas me mentir !

-Prouve-le !

Il rit. Quoi, il ne croit quand même pas que je ne lui ai jamais menti ?

-As-tu déjà couché avec un homme ?

Ah bah si, il croit vraiment que je ne lui ai jamais menti. Je retins un sourire moqueur, et répondis :

-Non.

-Aimes-tu Peter ?

T'es pas fou non !

-Oui.

-As-tu triché pendant l'examen de Métamorphose ?

Parce que quelqu'un n'a pas triché peut-être…

-Non.

-Peux-tu boire plus de douze bouteilles de whisky ?

J'en suis déjà à ma huitième, et je suis pleinement consciente, t'es con ou quoi…

-Non.

-Aimes-tu James ?

James ? Je l'adore. Oui, oui, je sais, je suis venue ici avec l'intention de foirer sa fête. Mais je ne fais que me venger !

-Non.

-Ouah, t'aime Peter et pas James ? T'as un truc qui cloche.

Je jure qu'il est grave. Trèèèès grave.

-Je préfère les cons.

-Est-ce que tu m'aimes ?

-Non.

- En gros, je ne suis pas con.

Je souris.

-Quoiqu'il en soit, je t'avais dit que tu ne pouvais pas me mentir.

-Ah oui ?

-Oui. Tout ce que tu as dis était la pure vérité.

-Ah oui ? Il serait peut-être alors temps de vérifier ton troisième œil Black.

Alors que je m'éloignais, je sentis le regard de Sirius peser sur moi. Un regard différent de d'habitude.

Mais peu importe, il était temps de leur faire payer.
_________________
C:\Users\ELISSA\Pictures\entre-haine-et-am___go-copie-25fc504.jpg


Revenir en haut
Drago Malefoy
Serpendtard
Serpendtard

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2011
Messages: 11
Localisation: Salle Commune de Serpentard
Camp: Mangemort
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu 24 Fév - 21:27 (2011)    Sujet du message: Je n'en ai pas fini avec toi! Répondre en citant

Vengeance, que j'aime ce mot, Partie II

The Show Must Go On

Je m'éloignai de Sirius et me dirigeai vers Edwin. Il me fit un énorme sourire et hocha la tête. Aussi incongru que cela puisse paraitre, il s'était allié à nous pour me venger des deux autres idiots. Son excuse ? « J'vais tous les éclater ! » Quand j'vous dis qu'il est parfait ! Bon, maintenant, concentration ! Notre plan est vraiment un truc tordu et si ça foire, c'est nous les victimes.

Plus loin dans la salle, j'entendis Déborah crier :

-Potter ! C'est quoi c'te soirée ! Y'a même plus d'alcool. Je ne peux pas m'saouler au jus de citrouille, moi !

Je réprimai un sourire. Phase une enclenchée.

James se précipita vers le bar et avec un sifflement vit qu'effectivement les stocks étaient vides.

-Vous vous êtes défoulés…Ça fait même pas trois heures… Sirius !

Le désigné tourna la tête vers son ami, un sourcil relevé.

-Surveille la salle, le temps que j'aille ressourcer, faut pas que ça parte en vrille.

Sirius lui fit un clin d'œil rassurant et James partit en courant. Étant donné que nous étions au septième étage et que les cuisines se trouvaient aux sous-sols, nous disposions de suffisamment de temps. Je fis un signe à Edwin puis me dirigeai discrètement vers la sortie, prétextant une envie pressante. J'attendis un peu, puis vis Déborah et Valentin sortir de la salle en s'embrassant passionnément. Ils se précipitèrent vers le recoin où j'étais cachée. Déborah eut un sourire coquin :

-Ils pensent tous qu'on est allé s'envoyer en l'air.

-Ça ne me gênerait pas, ajouta Valentin avec un clin d'œil.

Je réprimai une remontée vomitive. Les sous-entendus et mièvreries très peu pour moi, merci.

-Dépêche passe une fiole !

Déborah sortit de son petit sac accordé a sa robe une fiole d'un liquide vert.

-Tu as les cheveux ?

Valentin brandit fièrement trois cheveux de couleur marron.

-Parfait. Déborah prend une mèche de mes cheveux. Valentin fout les cheveux dans la fiole !

Avec une grimace, je sentis des cheveux disparaitre de mon cuir chevelu. Puis, je regardais soigneusement la potion de ma fiole prendre une couleur dorée, avec des reflets orangés.

-Elle est plutôt sympa sa couleur, remarquai-je.

Déborah eut un soupir énervé.

-Bois ! ordonna-t-elle.

Je lui obéis, voulant préserver ma peau. Avec une grimace, j'absorbai le breuvage immonde. Ne jamais se fier aux apparences. Ça a beau être superbe, c'est dégueulasse. Puis, je sentis mes cheveux rétrécirent, je grandis brusquement et ma vision se troubla.

-Merde ! Les lunettes ! grinçai-je.

Valentin eut un sourire et fouilla dans sa poche.

-Tadaah ! s'exclama-t-il en brandissant une paire de lunettes légèrement rafistolée. Ce sont les anciennes lunettes de James.

J'eus un immense sourire. Phase deux réussie. Je les enfilai en vitesse et allai me précipiter à l'intérieur lorsque Déborah me tendit un carton. J'haussai les sourcils et l'ouvris doucement. Dix bouteilles de bière-au-beurre et trois de whisky-pur-feu trônaient à l'intérieur. Je souris sadiquement. Elle avait vraiment pensé à tout. Mais…d'où le sortait-elle ? Elle hocha la tête, signe qu'elle avait compris mon étonnement et pointa son sac. Mes yeux s'écarquillèrent. Quand je vous dis que c'est la réincarnation d'Einstein… Je lui souris et me précipitai dans la salle.

-Dix bouteilles de bière-au-beurre et trois de whisky ! m'exclamai-je.

Des exclamations joyeuses retentirent et bientôt tous avaient de nouveau un verre à la main. Phase trois achevée. Maintenant, la phase décisive. D'un pas assuré, je me dirigeai vers un groupe de garçons de Griffondors. Avec un sourire, je me glissai entre eux et continuai à boire mon verre. Je frôlai un des garçons autour de moi, de manière provocatrice. Je le sentis se raidir, mais il continua comme si de rien n'était. Je me fis plus pressante et passai une main dans son dos, le caressant. Il frissonna. Je me penchai vers lui et susurrai :

-Tu as froid ?

Il rougit brusquement et hocha la tête négativement. Je réprimai un sourire.

-Parce que si tu as froid, je peux te réchauffer en…

Je ne finis pas ma phrase, laissant des sous-entendus dangereux s'infiltrer. Il rougit encore plus, m'épatant. Il va finir par exploser…

-James, t'es sûr que tu vas bien..?

-Je suis avec toi, tout va bien. Ma voix était chargée de désir, et il dut s'en rendre compte car il frissonna.

-Je…Tu…Tu n'es pas gay James. Tu aimes Lily tu te souviens ?

J'eus un mouvement d'épaule montrant que cette nuit, je m'en fichai.

-J'aime Lily. Mais ce soir, j'ai envie de toi.

Il ferma les yeux. Un faible murmure s'échappa de ses lèvres.

-Tu es fou.

-Fou de toi.

Puis je capturai ses lèvres et vit avec plaisir qu'il y répondait. Je réprimai un sourire. Phase trois, remportée avec succès. Alors que je passais ma main dans ses cheveux et le rapprochai de moi, Sirius s'exclama :

-Bordel James ! T'es gay !

Je ne lui répondis pas et continuai à embrasser ma victime. Puis, a bout de souffle, je me dégageai et lui fit un sourire charmeur. Enfin, je me détournai et sensuellement me dirigeai vers Sirius.

-Intéressé ?

Il eut une mimique dégoutée. Je vis les deux commères les plus connues de Poudlard se précipiter l'une vers l'autre, un grand sourire aux lèvres. Enfin, un potin intéressant. Phase quatre déroulée avec perfection. Je me vis entrer dans la salle, l'air perdue devant le silence qui planait. Vous l'aurez compris, c'est Déborah qui joue son rôle ! Je me désintéressai d'elle –de moi- et je me rapprochai de Sirius. D'un mouvement tendre j'effleurai ses lèvres. Immobile, le visage figé en une expression écœurée, il se raidit. Je lui fis un clin d'œil et murmurai :

-Je t'avais dis.

Son visage exprima une seconde d'incertitude avant de se transformer.

-Wanders.

Son chuchotement était aussi infime qu'un souffle, ne permettant qu'a moi de l'entendre. Sa voix dégageait un étonnement profond, et aussi, subtilement caché, un soupçon d'admiration mêlé a la colère. Je venais quand même d'afficher clairement les préférences sexuelles de James. J'eus un splendide sourire de pouffiasse, sachant parfaitement que ça n'allait absolument pas sur le visage de James. Puis, je me détournai de lui, et d'une voix profonde m'exclamai :

-The Show Must Go On!

Et la musique se déclencha. Tous s'immobilisèrent, légèrement surpris par ce changement de comportement et de style de musique. Je fis un clin d'œil à Edwin qui était derrière les platines. Je m'approchai de lui, et alors que la musique éclatait fortement, je disparus dans un nuage violacé. Tout le monde se figea de nouveau, puis, encouragés par Edwin, ils recommencèrent à danser, se moquant du gout du spectacle de James. S'ils savaient.


XXX


A quelques pas de là, Edwin, Valentin et moi étions pliés de rire. Je peinai à retrouver mon souffle et les deux garçons étaient rouges, s'étouffant presque. Valentin bégaya, entre chaque rire :

-La tête de…La t-tête de Si-si-Sirius quand il a-a-a-a v-vu qu-que tu emb-emb-embra!

Et il repartit dans un fou rire dans lequel je l'accompagnais. James gay, quel merveilleuse idée nous avons eu là.
Je vis Remus sortir de la pièce et venir vers nous. Il afficha une moue amusée et ses épaules étaient secouées d'un rire silencieux.

-James va vous tuer.

-Qui te dit que c'était nous Lupin ! répliquai-je sur la défensive.

-Peut-être en sachant ce qu'ils ont fait un certain premier jour d'école, ou encore en voyant que vous êtes rouges d'avoir ri, ou encore en sachant que vous vous détestez, tout en sachant que Evelyn Wanders se vengent toujours ?

J'haussai les épaules, désabusée. Quatre arguments imparables qu'il m'avait sorti… Trainer avec les Maraudeurs devenait dangereux pour moi. Remus dut comprendre mes réflexions car il eut un sourire moqueur.

-Où est James ?

-Aucune idée, j'étais occupée, vois-tu, par un certain jeune homme. Quand j'y pense, il va croire que son attirance a changé…

-D'ailleurs, t'es vache de l'avoir choisi lui, il a une petite amie.

J'éclatai de rire bientôt suivi d'Edwin. Remus me dévisageait, réprobateur.

-Lupin, je suis une Wanders, à Serpentard, faire chier les gens c'est dans ma nature.

Il rit moqueur.

-Serais-tu entrain de te foutre de ma gueule, p'tit chou ?

Il me dévisagea narquois.

-On passe de Lupin à petit chou maintenant ?

-Mets ça sur le compte de l'alcool ingurgité.

-Faut qu'on trouve James.

-Hein ? lançai-je, désorientée par ce changement brutal de conversation. Ah...euh…Ouais. Ja.. Enfin, Potter. Là-bas !

Je pointai une salle, très rarement utilisée par les professeurs. Remus devait le savoir car il me fixa sans bouger, suspicieux.

-J'vais pas te bouffer Lupin. Edwin, va avec lui si ça le rassure. Et oublie pas… rajoutai-je avec un clin d'œil. Il éclata de rire et lança:  

-T'inquiètes, vous m'avez tellement rabâché la tête avec ça, que je le connais par cœur.

Puis, accompagnée de Valentin, je retournai discrètement dans la salle. Sirius s'approcha directement de moi, l'air en rogne. Je le fixai longuement alors qu'il me regardait silencieux, comme s'il attendait quelque chose. Des excuses peut-être ? Je réprimai un rire. Puis il lança :

-James va te tuer. Toutes les filles pensent qu'il est gay. Aucune d'elles ne voudra plus jamais l'approcher. Et comme je n'ai PAS réagis quand tu t'es approchée, elle pense que je le suis aussi !

Devant son air outragé, dégouté, je ne pus qu'éclater de rire. Mission Réussie. Black et Potter « sont » gays. Que je m'aime !

Je le laissai là, en plan, et rejoignis Déborah qui ne m'avait pas attendu pour continuer à s'éclater. Alors que je me glissai à coté d'elle en suivant les mouvements de danse, Sirius m'attrapa par le bras et me fit tourner vers lui. J'haussai les sourcils. Avec un sourire narquois, il effleura mes lèvres de siennes. Et je jure que ça fait beaucoup plus d'effet que quand j'étais sous l'apparence de James. Mon cœur s'emballa et je me sentis rougir. Punaise, mais je suis sa cousine ! Oui, je sais, chez les sorciers sang-purs, on est presque tous cousins donc ça ne rime a rien, mais même.

Précipitamment, je me dégageai de son étreinte et alors que j'ouvris la bouche pour l'engueuler il murmura :

-Je retourne toujours les baisers qu'on m'offre.

Avec rage, je le repoussai et quittai la salle à grand pas tout le monde se retournant sur mon chemin, murmurant déjà je ne sais quel ragot.

Je hais Sirius Black.

Je hais cette manie que j'ai de vouloir me venger.

Et surtout, je hais avoir apprécié son contact.

-Allez les gars, remettez la musique et laissez cette Serpentard déguerpir d'ici.

Merlin que je le hais.




Voilaaa...Si vous avez des commentaires quelconques, n'hesitez-pas! ^^
_________________
C:\Users\ELISSA\Pictures\entre-haine-et-am___go-copie-25fc504.jpg


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:42 (2018)    Sujet du message: Je n'en ai pas fini avec toi!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Harry Potter World Index du Forum -> Fan-Fictions -> Fan-Fictions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com